Patrice Franceschi – Parrain de Sail for Water

Corse né à Toulon, explorateur, écrivain, marin et aviateur, cofondateur de l’ONG Solidarités International, Président d’honneur de la Société des Explorateurs Français, Administrateur de la Société de géographie, Membre de la société de philosophie des sciences et Capitaine du Trois-Mâts La Boudeuse, Patrice Franceschi fut à l’origine de nombreuses missions humanitaires en zone de guerre et de multiples expéditions dont un grand tour du monde à bord de La Boudeuse, à la découverte des peuples de l’eau.

Lettre de soutien de Patrice Franceschi à Sail for Water

« Rares sont ceux qui, chez nous, savent deux choses importantes sur l’eau et la mer. La première est que notre pays possède la seconde surface maritime mondiale après les États-Unis. Ce qui fait de la France une puissance internationale au potentiel économique considérable mais laissé à l’abandon pour une grande part. La seconde chose est que l’eau est le premier facteur de mortalité au monde, la pollution des eaux saines et potables n’étant pas assez combattue. Ce qui nous oblige à un certain nombre de responsabilités éthiques au niveau individuel comme au niveau collectif. Et à l’action, dans tous les domaines pour combattre ce fléau.

Tout ce qui participe à la prise de conscience de ce qui vient d’être dit doit être soutenu.

  Le projet Sail for Water, à pour objet le second de ces domaines, mais par sa dimension géographique, il rejoint aussi le premier. Il démontre en même temps – et surtout – qu’agir en la matière n’est pas réservé aux seules instances internationales. Chacun à son niveau, où qu’il se trouve, quelle que soit sa place dans la société et quels que soient ses moyens financiers, porte en lui la possibilité de l’action. C’est sans doute dans la multiplication des initiatives individuelles, acceptant les risques du « cavalier seul », que des résultats tangibles peuvent, par leur convergence, faire peu à peu bouger les choses. Sail for Water y participe. Avec de surcroît deux atouts: l’originalité d’une part – puisqu’aucun autre projet de ce type n’existe – et, d’autre part, l’inscription de l’action dans le temps long.

Il ne me reste plus qu’à former des vœux pour que de nombreux partenaires s’associent à ce projet afin de le faire pleinement exister. Pour qu’il réussisse ensuite, sur les mers du globe, faisons confiance à cette part de la jeunesse qui a décidé, contre l’air du temps, de prendre en charge son destin et de le rendre fécond pour le plus grand nombre. »

Patrice Franceschi